34 ans, juriste, je représente la « société civile engagée ». Progressiste, citoyenne française et européenne, attachée aux libertés fondamentales autant qu’au réalisme, facteur de clef de succès, je porte ces valeurs au quotidien.
Mon engagement politique au sein d’En Marche est le premier, et je suis fière d’avoir fait ce choix. Aventures humaines au service de projets sociétaux dans une démarche concrète, l’essentiel est là.
Auparavant, je prenais part à des actions associatives, en mettant mon énergie au service de causes qui m’importent (liberté d’expression photo-journalistique, culture, droits de l’homme, éducation). Je retrouve la volonté et l’énergie de bien faire, ensemble, chez la République En Marche.
10 ans d’expériences professionnelles m’ont également offert d’appréhender les enjeux du monde économique, qui se répercutent sur l’emploi et le bien-être des personnes dans la vie sociale.
Consciente et concernée, je souhaite porter la voix des citoyens à l’Assemblée Nationale, afin de continuer à défendre et concrétiser le projet co-construit autour de la vision de notre Président, Emmanuel Macron.
Un mot me revient de cet engagement. Il guide l’action du gouvernement, et demain, guidera celle des députés de la République En Marche !

Rénover. Rénover, sous toutes ses acceptions.

Rénover la vie politique, en premier lieu. Les Français ont montré, le 7 mai dernier, qu’ils pouvaient faire confiance à une nouvelle génération, génération qui ne serait pas sclérosée dans d’anciens jeux d’appareil. J’appartiens à cette génération.
Une idée est bonne lorsqu’elle est efficace. Peu importe qu’elle soit de gauche ou de droite. Le mur de Berlin politique qui a bloqué notre pays depuis de trop nombreuses décennies doit enfin tomber.
Rénover les pratiques des politiques, ensuite. Nos politiciens, dans une logique électorale constante, ont fait de la réserve parlementaire un outil de clientélisme : nous proposons de la supprimer (c’est tout de même 130 000 euros par députés, chaque année…) et de réutiliser ces fonds publics dans le but de les attribuer à des projets territoriaux et locaux, portés par des citoyens, des associations, des communes, etc.
Rénover la politique, cela doit aussi, concrètement, permettre de débloquer des projets bloqués depuis 30 ans. Notre circonscription a été le théâtre de ces joutes politiques dont les français ne veulent plus. (Mobilité et transports sur la circo 113, lien avec A9 etc).

Élue, je serai la représentante d’un projet de société et d’un territoire, non d’individualités.

Rénover la politique, c’est également donner les moyens à l’administration d’être plus efficace.
L’administration incarne le lien entre les administrés et le pouvoir politique. Elle devra, demain, avoir accès à l’expérimentation pour être plus adaptée à la réalité et aux besoins des administrés. Elle ne devra plus être mise en posture de coercition, mais devra permettre le droit à l’erreur en conseillant et en accompagnant les hommes et les femmes de ce territoire et leur permettre de développer leurs projets.
Rénover aussi leurs moyens et modes d’action, la modernisation de l’action et l’équipement public est une clef de la transformation durable de notre pays (justice, police, enseignement).
Rénover, refonder l’Europe. Lui restituer ses lettres de noblesse, son enjeu démocratique, son action pour la paix, le progrès économique et social.
Rénover s’entend également pour le cadre réglementaire s’appliquant aux acteurs de ce territoire (agriculteurs, artisans, commerçants, sportifs, chefs d’entreprise, associations). Il faut désormais leur permettre de développer de nouvelles méthodes de fonctionnement et de production, respectueuses de l’environnement, mais également de nouvelles pratiques commerciales, telles que l’œnotourisme et l’interaction en les activités de nos bassins de vie.
Ici encore, la 3ème circonscription de l’Hérault peut devenir un territoire de pointe et d’avenir, attractif et créateur d’emplois. Forte de sa diversité, l’enjeu est de réaliser un développement pour chacune et chacun, vertueux pour toutes et tous.
Rénover aussi notre rapport au 3è et 4è âge. Prévenir la perte d’autonomie et améliorer les conditions de l’accompagnement de la dépendance est une priorité, nous devons faire confiance et oser des dispositifs innovants, en permettant aux différents acteurs du territoire, y compris aux acteurs économiques, d’apporter de nouvelles réponses via la recherche et le développement (Notamment, Languedoc Mutualité & MedInCell).
Rénover, cela concerne aussi les liens entre les générations. C’est favoriser la rencontre entre les ainés et les plus jeunes, clé de la réussite de la transmission. C’est retisser le lien social, au-delà des catégories socio-professionnelles, culturelles, cultuelles. C’est réconcilier les France. Réconcilier les perspectives. Œuvrer ensemble.
Ensemble, entrons enfin dans le 21è siècle, pour une France forte dans une Europe qui protège, qui ose relever les grands défis de notre temps : transition écologique, révolution numérique, transformation des métiers pour tous.

Dimanche, ensemble, rénovons la République.